Nous sommes le 22-09-2018 et il est 10:45

 

 

 

 

 

 

 

 

MGR CHRISTOPHE ZOA

 

 

Ce n’est peut-être pas l’exemple le plus heureux pour l’illustrer, mais les mouvements politiques en « Afrique du Nord » auxquels on a donné le nom de « printemps Arabes » ont montré quel pouvoir ces nouveaux instruments pouvait avoir, leur capacité à transmettre une information à temps réel, à créer autour d’un événement  un même sentiment, et à mobiliser un grand nombre de personne pour une seule cause. Internet, le fleuron de cette révolution de la communication, est devenu aujourd’hui non seulement un phénomène de société qui s’impose à tous, quelque soit la culture, mais aussi la condition de participation dans un monde qui tend chaque jour vers sa globalisation. Ne pas être présent dans la toile, c’est en fait être coupé de tout et de tout le monde, autrement dit ce n’est pas exister.

Il était temps que le diocèse de Sangmélima tire les conséquences de cette nouvelle donne mondiale, c’est-à-dire être dans le réseau et se mettre en réseau. Trois raisons ont été décisives dans l’engagement à créer ce site diocésain. Premièrement, le développement du marché de la téléphonie mobile et l’extension des réseaux des différents opérateurs. Avec une couverture réseau de plus de 60% (tous les opérateurs confondus), internet est aujourd’hui à portée de main, quel que soit le lieu où se trouve dans le diocèse. Les récentes études montrent aussi que de plus en plus nos jeunes utilisent plus leurs téléphones que les médias traditionnels (presse, radio, télévision. Cf. Service Diocésain de la Communication). Deuxièmement, la proximité d’internet qui entraine « la migration massive des jeunes » (mais pas seulement, même les personnes adultes) vers le continent digital, s’accompagne aussi de besoins spécifiques. Plus d’un jeune sur deux, parmi ceux qui n’ont pas réguliers dans une communauté paroissiale, dit consulter au moins une fois un site religieux par semaine (cf. contribution du diocèse de Sangmélima à la CEPY, 2013). Ils n’ont donc que ce seul moyen pour pouvoir interagir avec notre communauté diocésaine. Or notre absence, les oriente très vite ailleurs, vers des sites parfois très peu recommandés (cf. cf. contribution du diocèse de Sangmélima à la CEPY, 2013). Troisièmement, enfin, nombreux des fils et filles du diocèse, auxquels il faut associer les nombreux amis du diocèse, ont toujours souhaité être informés sur les activités de notre Eglise pour participer à sa vie dans un champ pastoral ou dans un autre.
Dans notre site, on trouve des informations sur le diocèse, son histoire, son organisation, ses activités spirituelles et pastorales. Etant donné que nous sortons à peine d’un Synode diocésain, il est possible de se procurer notre plan diocésain dans le site, pour ceux qui contribuent à la réalisation de certains chantiers, de suivre leur évolution ; et pour ceux qui veulent s’engager dans un secteur précis de la vie du diocèse, contribuer financièrement pour un projet, ils trouvent toutes les informations dont ils ont besoins, le présent site se veut être une interface dynamique où institution et communauté communiquent pour la pleine réalisation de notre Eglise particulière de Sangmélima. Alors, bienvenus !

Page précédende...

 « Non plus esclaves, mais frères » : c'est le thème choisi par le pape François pour la 48e Journée mondiale de la paix, célébrée le 1er janvier 2015.
Le pape consacre en effet son deuxième message pour la Journée de la paix au "phénomène abominable de l’esclavage" qui "porte un coup mortel à la fraternité universelle". Texte intégral ici...

22
Bienvenu sur le site WEB du diocèse de Sangmélima

 

mot
sd
photo
22
© copyright 2015vdv© copyright 2015; Tous droits reservés; Tous droits reservés
Nous sommes le 22-09-2018 et il est 10:45
BP : 239 Sangmélima Cameroun          Tél :(00237)222-47-82-54        Fax : (00237)222-47-82-54